« L’Education à la culture informationnelle »

Colloque international de l’ERTé, 16-17-18 octobre 2008, Lille

Appel à communications

Téléchargement appel à communications (format word) Appel à communications

Aujourd’hui, la « capacité à maîtriser l’information » est devenue une préoccupation éducative à l’échelle internationale, reconnue par des instances telles que l’UNESCO. Avec le développement des technologies de l’information et la montée d’une économie en réseaux numériques, l’intérêt s’est porté surtout sur la nécessaire connaissance des outils informatiques et des nouveaux moyens de communication. La compétence informationnelle devient ainsi un enjeu social, économique et culturel. Cependant l’explosion des ressources informationnelles, la diversification de leurs supports et vecteurs de communication, la diversité et la fiabilité des contenus proposés, renforcent aussi la nécessité de former les individus dès l’école à utiliser de manière efficiente, raisonnée et critique ces ressources pour construire leur savoir et exercer leur jugement critique à travers leurs activités scolaires et leurs pratiques sociales. L’effort pour penser une Education à l’information de la maternelle à l’université inscrite dans les cursus de l’institution éducative en devient d’autant plus urgent et peut contribuer à répondre aux nouveaux défis posés par la société dite « de l’information ».

Depuis 2006, en France, une Equipe de Recherche Technologique en éducation (ERTé) Culture informationnelle et curriculum documentaire s’est constituée. Cette équipe est coordonnée par Annette Béguin, Professeur à l’université Lille3 (EA 4073 GERIICO Groupe de Recherches Interdisciplinaires en Information et Communication). Elle associe des laboratoires et diverses institutions ; des professeurs des écoles, des professeurs documentalistes, des enseignants de toutes disciplines, des professionnels de l’information et des bibliothèques, des formateurs.

Observant, à la fois, les pratiques non formelles, ordinaires et celles qui se développent dans le cadre des activités pédagogiques formelles et des dispositifs de formation, elle s’appuie aussi sur l’analyse de corpus de textes issus des prescriptions officielles, des discours des praticiens et associations de professionnels, des recherches et compte rendus d’expériences et d’entretiens avec des acteurs divers. Son objectif est de permettre de mieux définir les éléments structurants d’une culture informationnelle nécessaire aux individus d’aujourd’hui et d’aboutir à des préconisations utiles à l’élaboration d’un programme continu d’apprentissages documentaires de la maternelle à l’université sous forme d’un curriculum visant à construire un dispositif d’apprentissage plus efficace pour les élèves et les étudiants.

Le projet de construction d’un curriculum documentaire et informationnel confronte la communauté des chercheurs et des praticiens à différentes notions notamment celles de culture de l’information ou culture informationnelle dont les fondements, les contenus, les contours et les territoires ne sont pas encore stabilisés. Partant de ce constat, l’originalité du colloque consiste à reprendre les questionnements de fond de l’ERTé : Quelle définition validée donner de cette culture informationnelle en mutation ? Quelles sont les représentations et les compétences mises en œuvre dans les pratiques sociales non formelles et formelles ? En quoi sont-elles des aides ou des obstacles pour les élèves et étudiants ? Quelles sont les approches épistémologiques et didactiques envisageables dans l’éducation formelle ? Comment d’autres systèmes éducatifs appréhendent-ils cette problématique ? Quels dispositifs ont-ils mis en place et quelles réflexions mènent-ils actuellement ? Quelles sont les possibilités et les limites de l‘institutionnalisation d’un curriculum de la maternelle à l’université ?

Orientation générale :

Le colloque entend s’ouvrir à d’autres éclairages et à d’autres résultats que ceux déjà élaborés dans le cadre de l’ERTé. Il est organisé de façon à faire dialoguer divers acteurs : les membres de l’ERTé, la communauté scientifique internationale, la société civile, les professionnels et praticiens du domaine. Les séances et les ateliers sont conçus pour que ceux-ci soient des espaces d’échanges et de débats (Présentation de la problématique et des premiers travaux menés au sein de l’ERTé + 3 communications sélectionnées).

Les communications proposées pourront rendre compte de situations, de moyens d’investigation et/ou de questionnements variés. Pour autant, le comité scientifique international et le comité d’organisation seront soucieux de la dimension praxéologique des recherches présentées et de l’engagement dans des démarches épistémologiques pluridisciplinaires.

Les résultats de différentes études proposées, au-delà de leur variété, trouveront leur inscription et leur cohérence dans leur capacité à répondre aux trois sessions prévues en cohérence avec les axes structurés par l’ERTé. Le comité scientifique examinera en priorité des propositions répondant aux thématiques et questionnements suivants :

Atelier 1 : Enjeux institutionnels, politiques et éducatifs associés à la culture informationnelle et comparaisons internationales.

Le souci de former les élèves et étudiants à la maîtrise de l’information a réellement émergé dans les années 80. Aujourd’hui, l’inscription d’une éducation à une culture informationnelle implique de s’interroger sur les enjeux sociaux, éducatifs et institutionnels d’un tel projet. Les communications proposées pourront aborder aussi bien des aspects nationaux qu’internationaux sur les questions suivantes :

  • Dans quelle évolution et quel contexte nationaux ou régionaux se situe le développement d’une éducation à la culture informationnelle? Le concept de culture informationnelle y est il partout défini de la même façon ?
  • L’éducation à l’information, son objet, ses finalités, ses modalités didactiques et pédagogiques sont-ils spécifiques, différents ou comparables selon les systèmes éducatifs ?
  • L’étude de disciplines scolaires récentes ou l’analyse du développement des « éducations à » peuvent ils aider à comprendre le mouvement de didactisation, voire de « disciplinarisation » de l’éducation à l’information ?
  • Comment positionner les finalités et objectifs d’une éducation à la culture informationnelle face à d’autres contenus d’apprentissage liés notamment au domaine des TIC ou de l’éducation aux médias : spécificité, complémentarité, rivalité, interaction, articulation ?
  • Y a-t-il ou non nécessité, possibilité, d’inscrire ces contenus d’enseignement dans une logique disciplinaire ou exigent-ils la construction d’une configuration nouvelle originale ?

Atelier 2 : Pratiques sociales / pratiques scolaires : usages, représentations, et contextes sociaux de l’information – documentation.

L’objectif de cet atelier est d’interroger, dans une perspective anthropologique, les pratiques informationnelles, formelles et informelles, des acteurs (élèves, étudiants, enseignants, parents, documentalistes, bibliothécaires, etc.) dans le but de mettre en évidence la construction des représentations. Quels sont les rapports entre les pratiques et les savoirs info-documentaires « ordinaires » et les compétences ciblées dans les cursus scolaires et universitaires ? Les propositions de communication, de préférence fondées sur des observations de pratiques et d’usages documentaires et informationnelles, pourront aborder l’un ou plusieurs des questionnements suivants :

  • Quelles sont les pratiques informationnelles « informelles » des élèves, des familles, des étudiants, des enseignants, des professeurs documentalistes, etc. ? Comment observer et caractériser ces pratiques ? Quels sont les discours associés aux pratiques et usages sociaux de l’information ? Quelles sont les formes de créativité ou d’adaptation, individuelle ou collective, développées dans des contextes scolaires ou extrascolaires ?
  • Y a-t-il une spécificité culturelle et/ou disciplinaire des représentations liées aux pratiques ordinaires de l’information-documentation ?
  • De quelle(s)vision(s) de l’objet/technologie/activité/support info-documentaire ces représentations sont-elles porteuses ?
  • Quelles sont les représentations sociales liées aux pratiques info-documentaires ? Sont-elles stables ? Comment évoluent-elles ?
  • Quelle est la nature des liens entre les savoirs et pratiques info-documentaires du quotidien et les enseignements à l’école et à l’université ?
  • Comment l’étude des pratiques et des représentations des enseignants de différentes disciplines peut-elle aider à situer les savoirs documentaires « cachés » que l’élève ou l’étudiant est censé intérioriser ? S’agit-il de ressources cognitives ou d’obstacles à l’appropriation des enseignements formels ?

Atelier 3 : Formats de connaissances proposés aux apprenants et disciplines scientifiques.

Qu’on la nomme maîtrise ou culture de l’information, notre capacité à nous informer repose sur de nombreuses formes de compétences et de connaissances, que nous acquérons et mobilisons souvent de manière plus implicite qu’explicite. Nombre d’entre elles font partie de notre expérience et de notre rapport global au monde et à la société au sein de laquelle nous vivons. Les réflexions que nous proposons de mener dans le cadre de cet atelier viseront à les identifier, à les expliciter et à mettre en lumière les conditions de leur acquisition et de leur maîtrise. L’accent sera notamment mis sur le rapport entre apprentissage, cognition, connaissances en information-documentation et enseignements disciplinaires. Nous tenterons également d’observer les zones de convergence permettant d’envisager un éventuel « tuilage conceptuel » et/ou les « césures » entre pratiques sociales et disciplines d’enseignement. Cette problématique générale peut-être abordée à partir de différents types de questionnements :

  • Quelles stratégies formelles ou informelles d’appropriation des savoirs documentaires les apprenants mettent-ils en oeuvre dans des situations scolaires ou sociales ordinaires ?
  • En quoi l’offre disponible sur le marché de biens et de services informationnels dessine-t-elle des modalités d’organisation des connaissances et induit-elle des types de compétences et des formats de connaissances généralisables ? Quels sont les savoirs d’autorité et les savoirs de référence attendus et visés par l’école et les structures productrices de contenu ?
  • Quelles sont les formes actuelles de transposition didactique et des contextes d’enseignement d’appui (nouveaux dispositifs, projets personnels des élèves, système de portfolio, …) ?
  • Enfin, pourquoi certaines compétences et connaissances sont-elles considérées comme spontanément acquises, comme « allant de soi » dans le contexte de l’école ?

Atelier 4 : Didactique de l’éducation à/par l’information.

Depuis quelques années, un « tournant didactique » des formations à la maîtrise de l’information semble être pris et fait débat. Un premier bilan semble possible, des leçons peuvent être tirées des diverses expériences et travaux didactiques de l’information, en cours notamment dans l’enseignement secondaire. Cet atelier cherchera à examiner et discuter les conditions scientifiques, didactiques et pédagogiques, permettant une éducation à l’information, recentrée sur les savoirs et les notions de la culture informationnelle. Il s’agira également de questionner la « culture de l’information » à partir de l’observation de pratiques de terrain et d’étudier, en fonction des niveaux et des contextes, les réponses apportées à cette exigence d’éducation : observations d’élèves ou d’adultes lors d’activités ordinaires d’information-documentation, pratiques d’éducation à et par l’information, repérage des savoirs informationnels et professionnels développés, réflexion sur l’ancrage de ces savoirs, progression didactique, etc. L’objectif de cet atelier est de porter un nouveau regard sur la réalité de l’information-documentation en tant qu’objet d’enseignement et d’apprentissage, considérée dans différents contextes sociaux d’usage, afin de dégager des éléments pour la construction d’un curriculum informationnel.

Les communications proposées pourront porter sur l’une ou l’autre ou plusieurs des questions suivantes :

  • Comment articuler la constitution d’un corpus didactique de l’information et la réflexion sur la culture informationnelle ? Comment caractériser les relations entre didactique et culture de l’information ?
  • Quels processus didactiques mettre en oeuvre pour construire un corpus de savoirs scolaires de l’information-documentation ?
  • Quelles articulations établir entre la transposition didactique des savoirs, i.e. la transformation des « savoirs savants », des pratiques sociales et professionnelles de référence en « savoirs scolaires » à enseigner et la didactisation de ces derniers, i.e. leur mise en jeu dans les situations d’apprentissage ?
  • Quels contenus info-documentaires doivent être développés ? À quel champ de référence se rattachent-ils ? Comment ces contenus sont-ils déclinés (sélection, mise en scène, progression..) par les professeurs documentalistes et les autres enseignants ? Quels rapports entre les savoirs info-documentaires et les autres savoirs disciplinaires ? Quelles sont les zones de convergence permettant d’envisager un « tuilage conceptuel » entre les disciplines d’enseignement ? Quelles sont les difficultés identifiées dans la transmission des disciplines et dans la culture de l’information qui peuvent susciter une réflexion épistémologique commune ? Quels sont les contextes d’enseignement à envisager (module d’enseignement, nouveaux dispositifs, projets personnels des élèves, système de portfolio, etc.) ?
  • Une didactique de l’information est-elle possible dans l’enseignement supérieur ? À quelles conditions ?

Les propositions de communication et les conférences s’inscriront dans l’un des quatre axes. Cependant, d’autres domaines peuvent être couverts. De plus, la manifestation ouvrira un espace de discussions entre professionnels, décideurs et chercheurs afin de stimuler les échanges contradictoires et de révéler les attentes de la «société civile » en terme d’Éducation à la culture informationnelle.

2 Réponses to “Appel à communications”

  1. […] Appel à communications […]

  2. […] sera propice aux rencontres et aux projets. Vous pouvez encore envoyer vos propositions pour le colloque d’ailleurs. Tags: information literacy, second life, sheila […]

 
%d blogueurs aiment cette page :